Heureux ceux qui trouvent leur force en toi : ils trouvent dans leur cœur des chemins tout tracés.

Méditation du Psaume 84.




Vous souvenez vous de l’attente impatiente mais heureuse que vous ressentez lorsque vous vous rendez à un très grand évènement et que vous approchez du lieu ?

C’est celle des enfants qui approchent d’un grand parc d’attraction et demandent de temps en temps - toutes les 5 minutes - est ce qu’on arrive ?


C’est celle des supporters qui vont à une rencontre sportive soutenir leur équipe, portant leurs accessoires, entonnant les hymnes de la victoire, dont l’excitation va grandissante alors qu’ils approchent de l’enceinte.

C’est celle des fiancés à l’approche de leur jour, et ce jour arrivé, celle de leur invités aussi, venus se réjouir; ils ont revêtu leur plus bel habit, leur plus beau sourire, et attendent avec palpitation les futurs mariés, scrutant des regards leur arrivée prochaine.
C’est l’attente passionnée de celui qui, dans notre psaume, se languit de tout son être vers le lieu de la présence de Dieu.

« Que tes demeures sont aimables, Eternel des armées;

Mon âme soupire et languit après les parvis de l’Eternel, Mon coeur et ma chair crient vers le Dieu vivant. »

Ses cris ressemblent aux cris de joie et d’enthousiasme des enfants, des supporters, des invités, alors qu’il avance vers la demeure du Seigneur.

Ses cris peuvent parfois ressembler aussi aux gémissements et soupirs, des mariés ?, de ceux qui soupirent après une délivrance. Car qui sait ce qui traverse le coeur durant la marche de la vie ?


Pourtant l’attente est celle d’une réjouissance à venir


« Le moineau lui-même trouve une maison, l’hirondelle un nid pour border sa couvée,

près de tes autels, Seigneur tout-puissant, mon roi et mon Dieu.

Heureux les habitants de ta maison, ils te loueront sans cesse !

Pause.»


Le chant simple et joyeux du moineau, le vol gracieux de l’hirondelle, voici ce qui porte le coeur de ceux qui vont dans la présence de Dieu, ils nourrissent le bonheur d’une présence bienveillante, des faveurs qui l’accompagnent. C’est pourquoi ils le loueront sans fin.

Pendant toute cette marche, ils portent dans le coeur cette voie qui mène à Dieu, celle du pèlerin qui chemine et monte vers le lieu de sa présence. C’est pourquoi aussi ils changent la vallée des pleurs en source de vie, les déserts deviennent lieu de miracles où la pluie arrose de bénédiction leur chemin, leur force augmente pendant la marche.

« Heureux l’homme dont la force est en toi;

.. en leurs cœurs des chemins ascendants » (traduction littérale).


Dans la marche de notre vie, les chemins ne sont pas toujours tracés, l’attente n’est pas toujours aussi heureuse. Certains s’inquiètent pour leur avenir, d’autres cherchent leur voie, certains courent après une vie meilleure, d’autres attendent simplement la retraite, certains attendent la rencontre qui changera leur vie, le partenaire rêvé, certains attendent un enfant qu’ils ne peuvent avoir.


Les attentes ne sont pas toujours heureuses. La déception est souvent au rendez-vous. Mais celui qui relève les yeux vers le Seigneur, et soupire après lui, trouvera en lui des chemins pour le guider, nous dit ce psaume.


C’est une déclaration de confiance, et d’amour.

Vers le Dieu digne de confiance, source et fin de l’amour.

Dieu transcendant, qui porte notre coeur vers un chemin qui nous élève, qui élève l’homme à son rang originaire, d’être créé « à l’image de Dieu ».

Dieu immanent, qui inscrit au plus profond de nous même le chemin de la vie, celui par lequel il nous attire à lui.

C’est pourquoi le psalmiste l’appelle : Dieu « des armées célestes », plus loin et élevé que l’étendue de l’univers et ses milliers de galaxies ne nous permet d’imaginer, mais Dieu « qui écoute ma prière » , se fait proche et s’abaisse jusqu’à nous.


Il est aussi « ma force et mon bouclier », celui qui fait briller sa faveur sur « le visage de son oint, le Messie », le Christ victorieux qui nous montre le visage de Dieu, le visage de l’Amour.

Ces images nourrissent l’espérance et l’attente sur le chemin, bientôt nous verrons resplendir cette beauté divine, cette faveur sur nous , c’est pourquoi la joie peut s’exclamer:


Un jour dans tes parvis est si bon, il en vaut mille,

j’ai choisi de rester au seuil de la maison de mon Dieu que de loger sous les tentes des méchants.

Oui, le Seigneur Dieu est un soleil et un bouclier ;

le Seigneur donne la grâce et la gloire, il ne refuse pas le bien à ceux qui marchent sans détours.



Un jour près de Dieu en vaut mille.

Une heure près de Dieu en vaut mille.

Si un seul instant tu peux goûter Dieu, c’est à l’éternité que tu as goûtée.

« Eternel des armées! Heureux l’homme qui se confie en toi! »


Alors heureux oui, heureux est celui qui marche, qui avance sur ce chemin : il trouvera dans son coeur la voie à suivre, il gardera une conduite intègre devant les siens , une conduite qui fera venir la faveur sur lui, Dieu fera briller sa gloire.

Heureux si nous puisons notre force en lui,

nous trouverons dans nos cœurs des chemins tout tracés.


101 vues

CONTACTEZ-NOUS

Tél: 06.22.07.49.29

Mail: contact@psalt.fr

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram

© 2020 by PSALT.   Mentions légales